Théorem est un univers fantastique contemporain développé autour d’un jeu de rôle, entièrement téléchargeable, et d’un roman, publié au rythme d’un chapitre toutes les deux semaines.

- La Scientocratie

Présentation :

Produit direct du XXéme siècle, secte/entreprise, en contraste total avec des institutions comme les Roses Croix, les Scientocrates n’en ont pas moins un grand pouvoir. À la fois officielle et très officieuse, en pleine lumière et totalement obscure, cette secte s’est infiltrée partout et agrandit sans cesse le nombre de ses membres qui, une fois enrôlé, ne peuvent plus lui échapper. Gageons qu’elle sera un acteur majeur dans la lutte pour la fin de l’Humanité.

Histoire :

Officiellement, la Scientocratie voit le jour en 1950 suite à la parution du livre « la thénurgie » du célèbre journaliste intrépide : John Hobart. Il y raconte comment, il y a plusieurs milliards d’années, l’univers vit l’avènement de l’empereur dieu galactique : Traxas. Véritable tyran, Traxas célébra son couronnement en regroupant tous ses opposants sur une planète inhabitée, Atera, avant d’y déclencher un grand brasier. Ensuite, il déploya un bouclier psychognitif autour de la planète qui y piégea les Zets : les âmes de ses victimes. À travers les siècles, il utilisa la planète pour faire ses tests de manipulation de masse, soumettant les Zets à de nombreux stimuli religieux. Puis Traxas se désintéressa d’Atera, y laissant souffrir ses anciens opposants. La vie apparue sur la planète et celle-ci fut renommée Terre, mais les Zets devenue folle commencèrent à nuire à la nouvelle espèce émergeante, freinant son évolution. Hobart termine son histoire en expliquant que de nouveaux opposants à Traxas l’avaient contacté pour lui apprendre comment libérer les Zets et aider l’espèce Humaine à achever son évolution afin de renverser Traxas de son trône et de libérer la galaxie du joug de l’oppression mentale. Les origines de la secte sont, bien entendu, un peu différente ne serait-ce que parce qu’au contraire de ce que tout le monde croit, ce n’est pas John Hobard qui est à l’origine de la création de la Scientocratie. Non, la naissance de cette religion ne tient pas d’un père, mais bien d’une mère : Elisabeth Overhodge. Née le 3 mai 1922 à Salt lake city, enfant brillante et intuitive, elle aura une scolarité irréprochable qui lui permettra d’obtenir un doctorat de psychanalyse assez rapidement. Malgré des résultats plus qu’éloquents, Elisabeth ne réussira pas à ouvrir son propre cabinet et sera employé par plusieurs institutions sociales.

Ruminant ce qu’elle considère comme une injustice, Elisabeth conclut que l’égalité homme femme n’existera jamais et cela à cause de la religion. Fondement de notre civilisation, les religions ont ancré l’idée que l’homme avait plus de valeur que la femme (Dieu, le messie, les apôtres..) qui n’était finalement bonne qu’à la reproduction.

Nous sommes en 1945, Elisabeth travaille alors pour les services sociaux et la Scientocratie germe dans son esprit. L’idée est simple : offrir aux gens ce dont ils ont besoin pour un prix prohibitif. Créer une véritable religion qui viendra en aide aux plus démunis pour peu qu’ils veuillent bien se délester de leurs derniers deniers. Elisabeth ne souhaite pas changer le monde par ce biais, mais bien lui faire payer son injustice. Alors que le projet s’affirme dans son esprit, Elisabeth se heurte à un écueil de taille : il lui faut un messie, un leader charismatique.

Elle le rencontrera en la personne de John Hobart, un romancier minable, globe trotter à deux sous, mais avec suffisamment de magnétisme pour que ce soit crédible. Ensemble, ils s’attellent à l’écriture de la première pierre de la Scientocratie, le livre de référence : « La Thenurgie » qui sortira en 1950 et provoquera un véritable engouement. La même année, les fidèles commencent à se rassembler sous la houlette d’Hobart, alors à la tête d’une simple association présentant des doctrines un peu new age. L’association florissante d’Elisabeth et John prendra fin en 1954, alors que John, pris d’un accès de mégalomanie fait le ménage autour de lui et obtient le statut officiel de religion pour la Scientocratie. Il en profite pour transformer en église un hôtel privée de Clearwater en Floride que lui a offert l’un de ses fidèles. Le culte de la personne érigée au nom de John lui fait perdre le sens de la réalité et il se persuade progressivement que toute la thénurgie est vraie : il est un aventurier intrépide contacté par une intelligence supérieure pour sauver l’univers. Elisabeth Overhodge disparaît complètement, on ne trouvera bientôt plus aucune trace d’elle, toutes données ayant disparus, et ses connaissances ayant mystérieusement oubliée son existence.

Hobart quittera notre monde en 1986 sa mort reste de nos jours un mystère, puisque qu’elle a été complètement traitée en interne par la Scientocratie et qu’il s’avère impossible d’obtenir des informations concrètes de leur part sur le sujet. Leur version, qui n’a à ce jour jamais pu être démenti, est qu’il s’est envolé pour préparer la guerre approchant contre Traxas.

De nos jours, la Scientocratie est dirigée par un conseil d’administration de six membres. Hobart reste le messie incontesté du mouvement et son retour sur terre est une certitude que clament ses adeptes même plus de 20 ans après sa disparition.

Modus operandis :

Sous le couvert d’être une religion visant à l’éveil de l’Humanité et à la libération de l’univers, la Scientocratie est devenue une véritable machine industrielle. Si ses églises sont implantées à peu prés partout dans le monde (50 aux Etats-unis, 50 en Europe, 8 au Canada, en Australie, et en Afrique, 2 au Japon et 1 en Nouvelle-Zélande.) et qu’on estime le nombre de ses membres à environ 8 millions, on oublie souvent, et pour cause l’église ne communique pas du tout sur ce point, que la Scientocratie c’est aussi : des associations en tout genre, des écoles spécialisées, des cabinets d’assistances et de nombreuses enseignes sans aucun lien officiel avec l’église. En se diversifiant, la Scientocratie a su tisser une toile qui lui permet d’attirer à elle de plus en plus de fidèles, et bien sûr de revenus, mais également de gagner de l’influence politique, administrative ou médiatique. Si les manières de recruter peuvent varier d’un fidèle à un autre, la façon de retenir les membres est toujours la même : d’une part, on immerge le fidèle au sein du groupe (la vie au sein de l’église doit lui sembler plus belle que sa vraie vie), ensuite on l’isole de son ancien monde en l’imprégnant d’une culture exclusive (au sens premier, celui-ci étant détenteur d’une culture que seul lui et ses amis de l’église peuvent comprendre), le fidèle se sentira bientôt mal à l’aise en présence d’infidèle) et en instillant la paranoïa enfin on lui coupe toute retraite possible en détruisant petit à petit son ancienne vie (famille, travail, économie, etc.).

Recrutement :

Le recrutement se déroule de multiples façons : il y a d’abords les « curieux » qui se présentent d’eux-mêmes dans les centres, pour essayer de combler un manque dans leur vie. Il y a ensuite les « démarchés » que l’on est allé chercher : dans la rue ou chez eux, pour leur proposer une assistance. Cette proposition a pu se faire de manière tout à fait aléatoire (distribution de tract dans la rue, démarchage téléphonique à partir d’un listing obtenu dans l’une des sociétés appartenant officieusement à l’église..) ou plus ciblé dans le cas de personnes pouvant offrir un vrai plus à l’église(utilisations d’une liste de noms récupérée de façon illégale et traitant de personnes en difficulté, utilisation des résultats des psychomètres, etc.).

Les cibles :

La Scientocratie vise toujours les mêmes personnes : des personnes fragilisées, et donc manipulables. Victimes d’accidents, d’agressions, de problèmes de dépendance ou de santé, tout est bon. La Scientocratie est avant tout une « entreprise sociale », contre de l’argent, elle réglera vos problèmes. Depuis les années 1970 la Scientocratie axe également son démarchage sur les stars ceux-ci ayant plusieurs intérêts non négligeable. Le premier intérêt est, bien entendu, l’apport de capitaux massifs que ces stars représentent, mais le deuxième intérêt est loin d’être négligeable puisque de telles stars attirent des fidèles par centaine désirant suivre le modèle offert par leur idole.

Les membres de la Scientocratie sont essentiellement des Humains normaux. Toutefois quelques hauts gradés et la majeure partie des membres de la NavAs se trouvent en possession de pouvoirs psychiques tels que télépathie, télékinésie, pyrokinésie, etc. On ne sait toutefois pas si l’apprentissage est responsable de leurs pouvoirs, ou si leurs pouvoirs sont responsables de leurs grades. La Scientocratie essaye enfin depuis le début des années 1980 de rassembler de plus en plus de Vecteurs, notamment grâce à l’institut « atout-futur ». On ne compte parmi les fidèles de la Scientocratie aucun sorcier, ni aucune bizarrerie humaines, ceci étant formellement réprouvé par l’église.

L’embrigadement :

La Scientocratie utilise le principe de la « fidélisation », vous devez suivre les préceptes de l’église et les faire suivre à vos proches. S’ils n’y adhèrent pas, vous devez les y faire adhérer, aidé par les autres membres, où vous en séparer. Toutes personnes opposantes à l’église dans l’entourage d’un fidèle devra être évité, et neutralisée si elle s’avère vraiment dangereuse.

La soumission des fidèles est acquise par un exercice très long de diverses techniques assimilable au lavage de cerveau. Au fur et à mesure de leur intronisation, les fidèles se retrouvent vite à ne pouvoir côtoyer que des fidèles. On leur demande de suivre de nombreux cours pour leur bien, et on leur enseigne un vocabulaire pseudo scientifique auquel ils doivent se tenir rigoureusement.

Régulièrement, les fidèles doivent se livrer à l’audience: un interrogatoire sous détecteur de mensonge (appelé psychomètre, et censé purifier le corps de l’influence des Zets). Ces interrogatoires visent à apprendre toutes informations pouvant être utilisé contre le sujet ou son entourage. Enfin, la technique d’embrigadement la plus simple et la plus efficace reste, bien entendu : l’accueil, la compréhension et la solution. Comme toute secte, la Scientocratie offre à ses fidèles une solution simple à leurs problèmes quotidiens, à travers des livres et des règles évidentes à suivre à la lettre, ainsi qu’une nouvelle famille.

But :

Le but premier de l’église était tout bonnement d’amasser de plus en plus d’argent et de gagner de plus en plus de pouvoir, si possible en se substituant aux religions officielles. Mais depuis la mort d’Hobart, les Zets qui ont pris le pouvoir souhaitent soumettre l’Humanité au nom de Traxas pour en faire une machine de guerre servant aveuglément ses noirs desseins.

Domaine d’Influence :

Institution sociale (caritative), politique, administration

La Scientocratie a également pour particularité de se dissimuler derrière de nombreuses sociétés ou association sans liens apparents avec l’église, voici quelques exemples :

NavAs (Naval Association): officiellement la NavAs est un programme de remise en état de bateaux à des fins récréatives. Officieusement, il s’agit d’une véritable brigade de fidèles totalement endoctrinés et surentraînés, prête à tout pour protéger la Scientocratie. Les membres de la NavAs ne quittent leurs navires qu’en cas d’offensive et les Navires ne quittent quasi jamais les eaux internationales. On compte parmi les offensives de ces brigades des choses aussi variée que : le chantage, l’enlèvement, la séquestration, le meurtre.

Atout-Futur : Atout-futur est une école privée proposant à quelques enfants privilégiés un encadrement complet dans un cadre idéal et le tout pour un coût modique. Il n’y a, bien entendu, aucune volonté de bénévolat dans cette institution, sous prétexte de venir en aide à des enfants prometteurs, la Scientocratie rassemble des vecteurs et les endoctrine pour en faire la future élite de l’église.

Neuropharm : Neuropharm est un des plus important groupe pharmaceutique international. Il appartient entièrement à l’église et lui sert à développer toutes sortes de drogues ou de vaccins qui pourraient aider à asseoir le pouvoir de l’église.

Ennemis :

Francs maçons, Rose croix, Hashashins

Personnalités importantes :

Tim Calahan

Histoire :

Tim est un Américain ordinaire issu d’une famille disfonctionelle assez banale et ayant eu une scolarité plutôt chaotique. Handicapé par une importante dyslexie, il enchaîne les petits boulots et se lance dans le mannequina pour essayer de vaincre sa timidité maladive. L’église le repère grâce à son orthophoniste et décide de miser sur lui ainsi que sur plusieurs autres acteurs débutants. Clyde sera le meilleur investissement de la Scientocratie puisqu’il deviendra une célébrité mondialement connue mais surtout un excellent porte-parole après la mort de John Hobart

Apparence :

Petit brun aux yeux clairs avec beaucoup de charme.

Caractéristiques :

Animalité : 1

Humanité : 6

Divinité : 2

Age : 35

Existence : 100

Dé(s) de Ka : 2

Pouvoirs : X

Avantage/handicap :

famille décomposée(-1), croyance(- 5), don Juan(-2), frimeur(-2), problème émotionnel(-2), utopiste(-2), petit(-2), Revenu(+7), membre d’un groupe(+6), renommée(+ 5), Grâce (+4),

Compétences :

Culture générale 3, Etiquette 3, Informatique 2, Langue 2, Législation 2, Politique 2, Système D 2, Acrobatie 2, Arme à feu 2, Athlétisme 2, Attention 2, Bagarre 2, Charme 4, Comédie 3, Commandement 1, Encaissement 2, Escalader 2, Esquive 2, Intimidation 1, Nager 2,

Mr Red, mr Blue, mr White, mr Black, mr Pink et mr Yellow:

Histoire :

Sortie de nulle part en 1986, peu après la disparition de John Hobart, les membres du conseil prennent la direction de l’église sans que personne n’ose vraiment les contredire. Ce que tout le monde ignore c’est que les six membres du conseil sont des Zets ayant pris le contrôle de leurs hôtes humain et souhaitant s’assurer que la Scientocratie, loin de devenir une gêne au grand tyran Traxas, devienne au contraire sa meilleure arme. Farouches opposants du régime tyrannique de Traxas, les six subirent tout l’arsenal pyschomanipulatoire de Traxas. Soumis par ses Religientraves, ils devinrent au fil des siècles ses chiens les plus zélés, luttant pour s’assurer que Traxas puisse diffuser et asseoir définitivement sa béatitude dans tout l’univers. Longtemps repoussés par John Hobart, ils finirent par l’étouffer sous le poids de sa propre mégalomanie et ainsi à prendre le contrôle de la seule institution pouvant encore lutter contre Traxas. Hobart est cryodétenu depuis dans les sous bassement de l’église principale.

Apparence :

Les six membres du conseil ont une apparence identique, ce sont des hommes aux trait durs et aux cheveux sombres toujours habillé de costumes noirs et de lunettes noires.La seule façon de les distinguer réside dans la teinte de leur verre qui est identique à leur nom.

Caractéristiques :

Animalité : 1

Humanité : 6

Divinité : 6

Age : ?

Existence : 60

Dé(s) de Ka : 2

Pouvoirs :

- Religientrave : (score nécessaire :-11)

Description : les six Zets ont appris cette technique lors de leur endoctrinement elle permet de soumettre un esprit à la religion Scientocrate, et de faire de la victme un parfait dévot servile durant une journée entiére.

(1) Objectif : êtres humains (- 3)

(2) Envergure: 100 kilos, et 10 mètres carrés (-2)

(3) Durée : 1 journée (-2)

(4) Cible(s) : 1(0)

(5) Portée : au touché (-1)

(6) Effets : mutation : Transfiguration: permet d’ajouter le handicap Croyance -4 à la cible(-3)

(7) Dégâts : Non Applicable : ce pouvoir ne fait pas de dégâts

Avantage/handicap :

Étranger(- 2), secret(- 2), J’ai vu ça sur Arte(+ 2), mémoire photographique(+ 2), Clarté de pensée(+3), vif d’esprit(+3), volonté de fer(+3), triste sire(-2), Don(+5), Résistant(+4), survivant(+5), ultime ressource(+5), chef d’un groupe(+ 5),

Compétences :

Biologie 5, Chimie 5, Culture générale 5, Don 5, Electronique 5, Informatique 5, Langue 5, Physique 5, Lazer 5, Commandement 5, Encaissement 5, Esquive 5, Intimidation 5,

Objets :

Lazer : bonus au dégats +15